Soutien à Lorentxa GUIMON

Comme de nombreuses autres personnes et organisations, nous soutenons la mobilisation visant à obtenir la libération de Madame Lorentxa GUIMON. Ci-dessous, les motifs de cette mobilisation.

23973325670_f09c396cc4_b(photo : Alter1fo)

La prisonnière politique basque Lorentxa Guimon incarcérée à Rennes est gravement malade et libérable.


Arrêtée en 2003, elle a été condamnée à 20 ans de prison et peut bénéficier de la liberté conditionnelle depuis 2014. Le 24 novembre 2015, les juges lui ont accordé la liberté conditionnelle en faisant état notamment de son état de santé et elle aurait pu être libérée le 17 décembre suivant. Mais le parquet a immédiatement fait appel de cette décision comme il le fait systématiquement dans le cadre de procédures « antiterroristes ». Une nouvelle audience aura lieu à la cour d’appel de Paris, le 14 janvier prochain.
Lire la suite

Rennaises, Rennais, soutenons la Grèce !

IMG_20150620_143347

Nous appelons les Rennaises et les Rennais à soutenir de toutes leurs forces le peuple grec.

En effet, ceux-ci vivent une période difficile en subissant les foudres de Mme Merkel, du FMI et de la Banque centrale européenne, avec la complicité de M.Hollande. Les sacrifices qui leur sont demandés sortent de l’entendement comme la hausse drastique de la TVA ou le recul de l’âge de départ à la retraite. Le tout sur un fond de chantage et de menaces de « Grexit » (sortie de l’euro de la Grèce).

Par ailleurs, il est mensonger de dire que la dette de la Grèce sera payée par les autres peuples d’Europe. Les questions de dettes doivent être traitées à l’issue d’un audit citoyen et indépendant des forces de l’argent afin de déterminer quelle part de cette dette est illégitime puisque créée par des taux d’intérêts surréalistes imposés par les banques. La part illégitime peut ensuite être effacée, c’est une pratique courante dans l’Histoire ; la Grèce a par exemple effacé la dette de l’Allemagne de l’Ouest en 1953.

Le premier ministre, notre camarade Alexis Tsipras, réagit avec honneur face à ces attaques en organisant un référendum dimanche prochain sur l’acceptation ou non du « plan d’aide » de l’Union européenne. C’est une belle image de démocratie face à des dirigeants européens, souvent non-élus, qui postulent l’austérité imposée de manière autoritaire.
Des rassemblements de soutien sont régulièrement organisés pour montrer aux Grecs qu’ils ne sont pas seuls. Nous invitons chacun à y participer ; nous communiquerons leurs dates et lieux sur les réseaux sociaux (@elusfdgrennes ; « Élus Front de Gauche Mairie de Rennes & Rennes Métropole » sur facebook).

1er novembre : Journée mondiale pour Kobanê

arton874-2d4ab

Depuis le 15 septembre, l’organisation terroriste qui se fait appeler l’Etat islamique (EI) mène de vastes offensives contre Kobanê (Ain al Arab), l’un des trois cantons autonomes kurdes du Rojava (Kurdistan de Syrie). Malgré la mobilisation et la résistance acharnée des YPG (Unités de Protection du Peuple du Rojava) et des YPJ (Unités de femmes combattantes), les djihadistes se sont emparés d’une soixantaine de villages autour de Kobanê, quasiment encerclée, tuant des civils et provoquant l’exode de milliers de personnes.

Cette résistance acharnée a surpris et déjoué les plans machiavéliques de ceux qui comptaient envahir Rojava une fois les forces combattantes kurdes liquidées. Ces résistants de Kobanê ne sont pas seulement des combattants et des combattantes, mais aussi des milliers de civils, femmes et hommes, qui ont pris les armes pour défendre leur terre et leurs valeurs, un modèle d’organisation de la société civile et politique basé sur une démocratie participative. La résistance historique de cette petite ville a ému le monde entier et a redonné espoir à tout un peuple, et, au-delà, à tous ceux et à toutes celles qui, dans le monde entier, luttent pour plus de démocratie et contre l’obscurantisme. Le combat pour la défense de Kobanê revêt donc une dimension symbolique internationale.

Soutenons les Kurdes dans leur combat pour la liberté

Halte aux offensives barbares de l’Etat islamique (E.I.)

Les Kurdes de Bretagne, les militants des forces politiques, syndicales et associatives, les Rennais et les Rennaises sont invités à se rassembler à Rennes ce samedi 1er novembre :

11h : rassemblement dalle du Colombier.
11h30 : marche dans les rues de Rennes.
12h30 : arrivée place de la Mairie. Prises de parole. Dislocation

*Signataires**:*AMARA, Maison du Peuple kurde, Amitiés kurdes de Bretagne (AKB), Breizhistance-la gauche indépendantiste bretonne, Maison internationale de Rennes (MIR), Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP 35), Mouvement de la Paix, Mouvement des jeunes communistes de France (MJCF), Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA Rennes), Parti communiste français (PCF), Union démocratique bretonne (UDB).
La manifestation pour Kobanê, prévue ce 1er novembre à Rennes, a rempli ses objectifs : venus très nombreux, les Kurdes ont défilé entre 11h30 et 13h selon le parcours prévu, épaulés par des délégations des partis et mouvements signataires de l’appel à manifester.

_______________________________________________________________________

Compte-rendu de la mobilisation à Rennes

A l’arrivée place de la Mairie, après une minute de silence pour les combattants et combattantes tombés au front, chaque mouvement a pu prendre la parole.

Kobané

Dominique Leseigneur pour Ensemble

Les Amitiés kurdes de Bretagne ont déclaré :

les AKB soutiennent les Kurdes depuis 20 ans pour leurs droits politiques, humains et culturels. Pendant ces 20 ans, les Kurdes ont lutté dans les 4 parties du Kurdistan. Quelques droits ont été acquis, mais beaucoup trop peu, tout particulièrement en Turquie où le pouvoir islamiste continue à les réprimer par tous les moyens. Un de ces moyens est la collaboration active et passive avec les barbares du prétendu « Etat islamique ». Cette collaboration est ignoble et doit cesser.

Mais les plans d’Erdogan sont contrecarrés par la résistance des YPG? et des YPJ, qui luttent depuis 50 jours pour la liberté de Kobanê. Aujourd’hui Erdogan, de plus en plus isolé, cherche un soutien auprès de la France. Les AKB demandent à ce que celle-ci prenne ses responsabilités et ne collabore pas avec le régime turc :

qu’elle refuse la demande d’Erdogan de créer une zone-tampon, prétexte à l’occupation turque du Rojava? ;
qu’elle aide militairement la résistance de Kobanê mais aussi de Hasakê, Qamislo, Serêkaniyê ;
qu’elle reconnaisse le PKK et le PYD? comme représentants des Kurdes ;
qu’elle agisse pour faire ôter le PKK de la liste des organisations terroristes ;
qu’elle fasse la lumière sur l’assassinat, commandité en Turquie, de nos camarades Rojbin, Sakinê et Leyla ;
qu’elle comprenne que les Kurdes sont la clé de la démocratie au Moyen-Orient et qu’elle change sa politique en conséquence.

 

Envoi d’urgence de 30 000€ aux réfugiés kurdes

 

Drapeau Rojava

Nous soutenons l’initiative de la majorité de contribuer à hauteur de 30 000€ à une aide d’urgence pour la municipalité partenaire de Diyarbakir.

Comme chacun sait la situation humanitaire au Kurdistan irakien et Syrien est catastrophique et nous nous devons de soutenir les collectivités qui accueillent les populations réfugiées.

C’est par ailleurs un message politique positif envoyé au peuple kurde dans sa lutte contre la barbarie de l’organisation État Islamique, pour son droit à disposer de lui-même, notamment en Turquie, à l’heure où Erdogan crée une confusion et un climat délétère en assimilant les militants du PKK aux terroristes de l’État islamique.

Nous votons donc sans hésitation cette délibération et espérons que d’autres crédits seront débloqués pour une autre population en souffrance, objet cet été d’une agression intolérable : le peuple palestinien.

Les élus du Front de Gauche.

Soutien au peuple Palestinien

Le gouvernement Israélien procède à une agression d’une violence inouïe contre le peuple Palestinien, à Gaza, et dans le quartier de  Chadjaiya. Il y a déjà 600 morts, 100 000 personnes déplacées.  L’action qui se pare d’objectifs militaires frappe de façon inconsidérée et abjecte les civils, y compris les enfants. La Haute commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme des Nations unies Navi Pillay a qualifié, ce jour, cette action de crime contre l’humanité. Après avoir délibérément tout fait pour maintenir le peuple palestinien dans la servitude et la misère, après avoir multiplié les actions de colonisation et de fait de dépossession de ce qui lui reste de territoire, Israël punit une nouvelle fois dans sa chair ce peuple. Cette action criminelle doit être condamnée, rejetée. La justice internationale doit en être saisie, les dirigeants d’Israël doivent répondre de leurs crimes.
Le gouvernement français après avoir interdit des manifestations de soutien au peuple Palestinien, fait désormais l’amalgame entre résistance internationale à l’agression israélienne et l’antisémitisme. Cela n’est pas acceptable et c’est dangereux. En effet cela invite de fait à faire cet amalgame, à lier de façon solidaire l’action d’un État et une communauté humaine. Condamner comme il se doit le gouvernement d’Israël pour cette agression n’est en rien condamner le peuple Israélien ni la communauté juive.
Les élus de Parti de Gauche à la ville de Rennes, condamnent la terrible violence faite aux palestiniens aujourd’hui, comme depuis 1947, et affirment leur soutien à leur cause de dignité, de liberté et aux actions conduites à Rennes pour la défense du peuple palestinien. Les élus du Parti de Gauche condamnent et rejettent bien entendu toutes les formes de manifestations d’antisémitisme et sont solidaires de ceux qui les subissent. 
Les élus du Parti de Gauche rennais.

Nouvelle manifestation de Solidarité avec le peuple palestinien

Le mercredi 23 juillet 2014, 18h00.

Point de rassemblement : station métro Le Blosne

Nouvelle manifestation pour exiger l’intervention politique, diplomatique et économique de la France contre l’agression militaire israélienne à Gaza et pour l’application sans condition du droit international.

Palestine Rennes
Pour changer des manifestations de centre-ville, le rassemblement cette fois-ci se fera dans un quartier de Rennes (si nécessaire, par la suite nous changerons de quartier…).
Amenez tout ce qu’il faut pour faire beaucoup, beaucoup de bruit : percussions, sifflets, etc…

Communiqué du Front de gauche
Amplifier la solidarité avec le peuple palestinien, Défendre le droit de manifester
Ce week-end, la guerre engagée par le gouvernement israélien a franchi un pallier supplémentaire dans l’horreur. Il faut en finir avec cet engrenage meurtrier, ce qui suppose un arrêt immédiat des bombardements et le retrait des troupes israéliennes déployées dans Gaza.
Plus largement, il est grand temps de mettre un terme au blocus qui asphyxie Gaza depuis 7 ans, de libérer les prisonniers palestiniens, d’en finir avec la colonisation et de démanteler les colonies existantes en territoires occupés.
Israël doit enfin se conformer au droit international dans le cadre des résolutions des Nations Unies. Une paix juste et durable suppose l’existence de deux états dont un état palestinien dans les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est pour capitale.
Dès aujourd’hui, la France devrait œuvrer à sanctionner durement le gouvernement Israélien en commençant par mettre tout son poids dans la balance pour que l’Union européenne suspende son accord d’association avec Israël qui accorde des avantages économiques à ce pays.
Malheureusement, le gouvernement français n’en prend pas le chemin. Au contraire, le président de la République, son premier ministre et sa diplomatie apportent leur soutien à l’agression israélienne. C’est d’autant plus inacceptable que François Hollande s’était engagé en 2012, à agir pour favoriser la paix et la sécurité entre Israël et la Palestine, à soutenir la reconnaissance internationale de l’Etat Palestinien (engagement 59 du candidat François Hollande).
Le Front de gauche dénonce également la décision du gouvernement Valls qui a conduit à l’interdiction de la manifestation de samedi 19 juillet à Paris au motif d’incidents intervenus le dimanche précédant dont l’origine ainsi que le rôle de la Ligue de Défense Juive donnent lieu à des versions contradictoires.
Cette interdiction constitue une atteinte intolérable au droit de manifester ; elle témoigne aussi du choix du Premier Ministre d’une stratégie de la tension qui est insupportable car potentiellement dangereuse pour le débat et la démocratie!
Dans de nombreuses régions comme dans les grandes villes européennes, les manifestations se sont déroulées avec des cortèges massifs et sans heurts. Ce qui confirme que l’interdiction de manifester et le dispositif policier et sécuritaire déployé sont à l’origine des tensions.
Le Front de Gauche participera aux prochaines manifestations prévues en solidarité avec le peuple palestinien et appelle à la poursuite de la mobilisation et à son renforcement car il y urgence !
 
Le Front de Gauche – le lundi 21 juillet 2014