Subventionner les associations, oui, les récompenser de manière arbitraire, non. Intervention de Jean-Paul au Conseil Municipal du 10 octobre 2016

rennes_nouveaulogomde

Madame la Maire, chers collègues,

Dans cette délibération il est proposé d’accorder une subvention exceptionnelle à la Maison de l’Europe d’un montant de 10 000€ pour l’année 2016. Ceci est chose courante, jusque-là rien d’anormal. Cependant, cette fois-ci, ce n’est pas pour un projet en particulier, mais pour « la qualité de ses actions de formation », je cite. Lire la suite

Diminution de pénalités sans raison valable : encore un cadeau inutile ! Intervention de Jean-Paul au Conseil Municipal du 10 octobre 2016

2-rue-principale-1024x768

Madame la Maire, chers collègues,

Dans cette délibération il est question de diminuer les pénalités attribuées à l’entreprise Inéo Réseaux Ouest qui était chargées d’installer les illuminations de Noël 2015 dans la ville. Elle avait écopé de 9700€ de pénalités car elle n’avait pas respecté certains termes du contrat en matière de délais d’installation et pour le retard important de l’envoi des rapports de mesures.

Lire la suite

Recours au mécénat privé pour financer les activités culturelles : trop de cadeaux ! Intervention de Yannick au Conseil Municipal du 14 mars 2016

Logo-mecenat-culturel

Madame la Maire, chers collègues,

Nous intervenons sur ce sujet du mécénat culturel car de notre point de vue il n’est pas légitime que les mécènes perçoivent des contreparties à leurs dons pour les établissements culturels rennais que sont le Musée des Beaux-arts, l’opéra, les archives municipales ou encore les bibliothèques.

Lire la suite

Lutter réellement contre les paradis fiscaux, tenir ses engagements. Intervention de Yannick au Conseil Municipal du 18 janvier 2016

arton561

Madame la Maire, chers collègues,

Nous ne souhaitons pas intervenir sur l’ensemble de la délibération mais sur un seul point, fondamental : le recours aux services dLe banques ayant des activités dans les paradis fiscaux. Nous rappelons que ne pas traiter avec ces établissements est une de vos promesses de campagne.

Lire la suite

Cadeaux au Carré rennais, ça continue ! Intervention de Yannick au Conseil Municipal du 11 mai 2015

EXE_Rennes-vous-attend_carre-rennais-assemblage

Madame la Maire, chers collègues,

Nous sommes intervenus plusieurs fois déjà pour exprimer notre désaccord avec le subventionnement du Carré Rennais (91 000€ pour 2015) compte-tenu du fait que de nombreuses entreprises qui le composent ont largement les moyens de contribuer à l’autofinancement des animations à l’instar de la Caisse d’épargne, le CIC ou Allianz.

Nous souhaitons développer notre propos car il ne s’agit pas uniquement d’un cadeau fait à des entreprises puissantes.

Dans cette délibération il est question de distribuer 8940€ pour plusieurs projets qui visent notamment à, je cite, « dynamiser le pôle commercial ». Ce n’est pas le rôle de la puissance publique à notre avis. Bien entendu il est précisé que les animations prévues sont faites pour les clients et leurs enfants (fanfares, portraitiste, goûters …) ce qui est fort sympathique, là n’est pas la question. Cependant, l’argent public doit être au service des citoyens et non des consommateurs. Si les commerçants du Carré Rennais veulent attirer des clients, ils peuvent se payer ces animation, la Ville de Rennes n’a pas à financer leur publicité.

Nous serions les premiers à voter en faveur d’animations gratuites mises en place pour les citoyens place du Parlement, de Zagreb ou du Gros chêne, qui n’ont pas comme but caché de les faire consommer mais simplement de les divertir.

Nous voterons contre cette délibération.

Intervention FDG-EELV sur le cadeau de 800 000€ aux hôtels de luxe à Rennes Métropole

Une taxe de séjour équitable : des recettes en plus

HOTEL_2323685b

Monsieur le Président, mes cher-e-s collègues

Taxe de séjour, le retour ! A même  question, même réponse : nous voterons contre cette délibération. Lors de la séance du 26 janvier, nous avions milité pour un autre projet de tarification de la taxe de séjour. Parce que les finances publiques sont désormais plus contraintes, parce que nous avons augmenté les impôts des habitants de notre métropole, nous maintenons qu’il serait juste d’appliquer les plafonds prévus par la loi pour les catégories d’hôtels les plus élevées. Nous sommes persuadés que cette décision, indolore pour le porte-monnaie des touristes, permettrait d’améliorer substantiellement notre potentiel financier. Selon nos calculs, à partir des taux d’occupation actuels, nous pourrions collecter plus de 800 000 € de recettes supplémentaires.

Pourquoi perdre une telle opportunité ? Monsieur le président, chers collègues, n’avons-nous pas de projets qui nécessitent finances ? Notre groupe pense le contraire et nous avons de nombreuses idées pour utiliser ces 800 000 € : augmenter le nombre de bénéficiaires de la gratuité des transports, conforter le budget de l’Économie Sociale et Solidaire, redimensionner l’étude pour le RER métropolitain qui nous semble manquer d’ambition, ou financer des projets photovoltaïques sur les bâtiments publics.

Nous ne soumettrons pas un nouvel amendement ce soir, car nous avons eu l’assurance qu’un comité de suivi serait chargé de faire dans le courant de l’année de nouvelles propositions. Mais nous resterons vigilants et mobilisés pour que les taxes de séjour contribuent réellement à la qualité de notre territoire, au bénéfice de tous les habitants de la Métropole comme de nos visiteurs.

Intervention commune FDG-EELV contre les cadeaux à l’agroalimentaire productiviste, Conseil de Rennes Métropole du 19 mars 2015

Milk valley : un projet qui dégrade l’environnement, l’emploi et les relations nord/sud

e7c02aff

Monsieur Le Président

La nouvelle PAC accélère la spécialisation des bassins de production et incite notamment la Bretagne, les Pays de Loire et la Normandie à se renforcer dans la production de lait. L’Ouest constitue déjà un des principaux bassins laitiers avec 10 % de la production européenne et plus de la moitié de la production française.

C’est pourquoi les dix principaux industriels du lait (notamment Lactalis, Bongrain, Sodiaal, …) ont décidé de s’associer à des chercheurs de l’Inra afin de trouver de nouveaux débouchés pour les 10 ans à venir et créer la « Milk Valley ». Premier département producteur de lait en France, l’Ille-et-Vilaine est au cœur de cette Milk Valley.

Le premier projet de Milk Valley a pour nom PROFIL (Protéines fonctionnalisées pour l’industrie laitière). En « crackant » les protéines du lait, en les recombinant, les industriels espèrent ainsi se passer de certains additifs végétaux ou autres gélifiants et offrir aux consommateurs un produit 100 % lait et garanti sans conservateur. Étirée en fibres, la protéine du lait pourrait aussi être reconstituée en steak par exemple, créant ainsi de nouveaux produits laitiers à proposer aux consommateurs.

Actuellement 90 % du lait est consommé par les marchés nationaux. Les transformateurs cherchent aussi à travers ce projet à agrandir leur terrain de jeu notamment vers la Chine et les Pays émergents.

À l’heure où de nombreuses études scientifiques remettent en cause les bienfaits d’une surconsommation des produits laitiers sur la santé, cette volonté de créer de nouveaux produits et de nouveaux marchés laitiers nous interrogent fortement.

De plus, il est précisé dans le texte de la délibération que ce projet PROFIL participe à une filière laitière plus « durable ». Mais en quoi cette stratégie économique est-elle durable ?

Les partenaires de ce projet sont des acteurs majeurs de l’industrie agro-alimentaire qui s’approvisionnent essentiellement auprès d’une agriculture intensive :

  • responsable de la forte pollution de l’eau en Bretagne

  • basée sur l’importation de maïs et soja transgéniques venus du Brésil

  • ultra automatisés et limitant ainsi les emplois locaux

Ce modèle étant encouragé, le projet PROFIL ne permet pas de pérenniser les emplois locaux agricoles ni même d’avoir des effets positifs sur l’environnement.

Un modèle agro-alimentaire durable est basé sur :

  • un mode de production agricole limitant les intrants et les impacts environnementaux comme le fait l’agriculture biologique

  • une proximité entre les lieux de production, de transformation et de consommation

  • une production adaptée aux besoins des consommateurs sans sur-production

  • des emplois locaux

C’est ce modèle qu’il faudrait exporter vers nos amis chinois pour les aider eux aussi à produire localement les aliments dont ils ont besoin et garantir leur autonomie plutôt que de construire des nouvelles tours de séchage de lait à Carhaix comme le font Sodiaal et le fabricant chinois Synutra.

À l’heure des atermoiements du gouvernements sur les aides accordées à l’agriculture biologique, il nous serait préférable que Rennes Métropole défende ce type d’agriculture innovante et durable plutôt que d’attribuer 220 000€ à un modèle agricole qui ne fait que dégrader l’environnement, l’emploi et les relations Nord/Sud.

Vous l’aurez compris nous nous opposerons donc à cette délibération.

Intervention Y. Le Gargasson sur les cadeaux au Carré Rennais, Conseil Municipal du 15 décembre 2014

Madame la Maire, chers collègues,

même si, comme beaucoup de Rennais nous sommes attachés à « la féerie de Noël », nous ne voterons pas en faveur de cette délibération. En effet, en période d’austérité budgétaire, et alors que beaucoup de sacrifices sont demandés à la population, y compris aux Rennais, nous ne pouvons accepter le moindre petit cadeau, sous forme de subvention, aux grandes entreprises. C’est un cadeau, car les Grandes Enseignes sont en capacité d’auto-financer les animations qu’elles souhaitent installer, en ville ou dans le centre commercial Italie. D’autant qu’il ne s’agit pas là d’animations philanthropiques mais d’une campagne, certes sympathique, de publicité, afin d’inciter des clients à venir consommer au centre commercial Italie ou en centre-ville.

Si le Carré Rennais veut faire venir le père-noël, offrir des bonbons, et embaucher une chorale de Gospel pour attirer des clients, c’est très bien, mais qu’il le finance lui-même.

Nous nous abstiendrons donc sur cette délibération.

Merci pour votre écoute.

pub0

Intervention des élus Front de Gauche sur les subventions-cadeaux aux grandes entreprises

Contexte : Il s’agissait d’octroyer une subvention de 25 000€ à l’association ADERE35 qui regroupe des cadres de grandes entreprises qui échangent avec des dirigeants de PME.

Intervention délibération 3 – Subvention ADERE 35

 

Monsieur le Président, chers collègues,

Le partage d’expériences est, bien entendu, une démarche qui peut être bénéfique. Nous y sommes favorables, notamment s’il s’agit d’améliorer les pratiques sociales et environnementales des entreprises. Lire la suite