Budget participatif, une bonne idée à développer !

x870x489_cbz2ia8w0aazynp.jpg.pagespeed.ic.phY6hcg7_1

Du jeudi 25 février au dimanche 6 mars chacun d’entre-nous, habitant de Rennes de plus de 16 ans, pourra voter pour soutenir les projets de son choix pour notre ville.

Parmi les 992 projets proposés par des citoyens lors de l’étape 1, 241 ont été validés par le Comité de suivi lors de l’étape 2 puisqu’ils répondaient aux critères budgétaires, légaux et de faisabilité. C’est donc parmi ces projets que chacun pourra exprimer son choix depuis la plateforme internet fabriquecitoyenne.rennes.fr

Lire la suite

Publicités

Vote sur la déchéance de nationalité, des intentions aux actes ?

 

12715277_229576990710294_2979283346064895461_n

Nous sommes surpris du vote de Madame la Maire, Nathalie Appéré, à l’Assemblée Nationale, en faveur de la déchéance de nationalité. Alors qu’elle s’était exprimée le mois dernier contre cette mesure, ce qui constituait un des rares point d’accord entre nous, elle figure parmi les 119 députés du Parti socialiste à avoir voté Pour.

  Lire la suite

Match Rennes-Caen, l’État d’urgence contre nos libertés !

 

arton998

L’État d’urgence a bon dos. Après l’assignation à résidence à Rennes de onze militants écologistes, après l’interdiction des manifestations pour le climat voilà désormais que le Ministère de l’Intérieur s’en prend aux supporters de foot.

Le Préfet d’Ille-et-Vilaine, Monsieur Strzoda, dans un arrêté du 7 décembre 2015, a « interdit toute personne se prévalant de la qualité de supporter du Stade Malherbe d’accéder au stade de la Route de Lorient » pour le match Rennes-Caen du vendredi 11 décembre prochain.

Quel rapport avec les attentats ? D’autant que le Malherbe Normandy Kop n’est pas particulièrement connu pour des agissements violents. Ce grave déficit de libertés qui s’opère, enfonce chaque jour un peu plus le gouvernement dans une stupide gestion autoritaire du pays.

Comme pour chaque match, nous rappelons que les élus du Parti de Gauche de Rennes offrent deux places à une personne tirée au sort parmi les candidats qui ont envoyé le formulaire disponible sur notre site. Ceci par refus d’un privilège octroyé aux élus.

Respect de la décision de la commune de Mouazé, non au nouveau Schéma départemental de coopération intercommunal, intervention de Yannick au Conseil Municipal du 23 novembre 2015

Pour cette délibération, il s’agissait de donner un avis favorable à l’entrée de la commune de Mouazé dans Rennes Métropole 

panneau

Madame la Maire, chers collègues.

Ce vote est délicat.

En effet, d’un côté nous n’avons pas pour habitude de nous substituer à l’avis d’une commune mais d’un autre cette délibération s’inscrit dans le cadre de la loi NOTRe que nous contestons.

Donc quand il nous est demandé de donner un avis favorable à la proposition faite par M. le Préfet dans le cadre du projet de Schéma Départemental de Coopération Intercommunale (SDCI) nous sommes obligés de rappeler que ce projet vise à réduire le nombre d’EPCI en les faisant passer de 24 à 18 puisque la loi NOTRe impose une taille minimale à un EPCI, 15 000 habitants, imposant donc des fusions à au moins 8 des intercommunalités de notre département qui étaient en deçà de ce seuil. Ce nouveau découpage n’a aucune cohérence, les habitants de St Aubin du Cormier et ceux de Louvigné du Désert par exemple se retrouvent dans la même EPCI alors que peu d’éléments les rapprochent particulièrement. Par contre, ce qui est certain c’est que l’agrandissement des strates administratives et politiques n’est jamais synonyme d’élargissement de la démocratie en éloignant les habitants des centres de décisions.

Cependant, quand il nous est demandé de donner un avis favorable à l’intégration de la commune de Mouazé dans Rennes Métropole, ce que nous ne pouvons qu’approuver. En effet, cette demande émane du Conseil Municipal de Mouazé lui-même, qui l’a votée à l’unanimité. Ils sont bien plus légitime à émettre ce souhait que nous, d’autant qu’il est largement justifié par leur proximité avec Rennes Métropole (centre de loisirs commun avec Chevaigné, club de foot commun …).

Ainsi, compte-tenu de ces éléments, nous nous abstiendrons Madame la Maire. Merci de votre écoute.

Le cumul des mandats, poison de la démocratie

Madame la Maire, Nathalie Appéré, qui vient d’être nommée Présidente de l’Agence Nationale pour l’Habitat persiste dans le cumul des mandats (cf schéma ci-dessous), au même titre que quelques conseillers municipaux de son groupe depuis les dernières élections départementales. Nous condamnons ces pratiques et tenons à rappeler notre attachement au mandat unique.

Pour bien effectuer son travail d’élu, local comme national, il ne faut avoir qu’un seul mandat. On ne peut pas approfondir les dossiers, faire le travail de représentation, rencontrer des acteurs locaux, rendre des comptes à la population en ayant plusieurs mandats, même avec l’aide de plusieurs assistants.

Le cumul des mandats oblige l’élu à se confiner dans une sphère institutionnelle, allant de conférences en réunions, d’une Assemblée à une autre, en perdant peu à peu prise avec la réalité.

Parce que rendre des comptes ce n’est pas que dresser un bilan tous les cinq ou six ans ; parce que être sur le terrain ce n’est pas que faire des « marches exploratoires » de temps à autres dans les quartiers.

Vous ne nous verrez  donc pas  comme candidat aux élections départementales, régionales ou législatives tant que nous serons Conseillers Municipaux et Métropolitains. Notre attachement à la qualité de vie démocratique, respectueuse des citoyen-nes, passe aussi par le mandat unique. C’est pourquoi nous avons également signé la charte « anticor ».

Jean-Paul TUAL et Yannick LE GARGASSON.

Cumul NA-page0001

Des élus et des timbres, des dépenses inconsidérées, Conseil Municipal du 11 mai 2015

url

Madame la Maire, chers collègues,

Dans cette délibération il est question d’augmenter le budget qui est alloué à nos groupes politiques pour les affranchissements postaux. Ce budget est pour 2015 normalement de 2255€. Nous apprenons que nous aurions déjà dépensé en 4 mois 4550€ de timbres. Il nous est donc proposé de combler ce dépassement et d’allouer une rallonge substantielle, en passant le budget affranchissement de 2255€ à 6000€.

Alors que vous demandez des efforts considérables à nos concitoyens en leur infligeant des politiques d’austérité, y compris à l’interne ville de Rennes et à l’heure d’internet et du courriel banalisé, nous ne pouvons accepter cela. Nous devons d’avoir une gestion rigoureuse et sobre de nos dépenses de groupes.

Nous voterons donc contre cette délibération.

Merci de votre écoute.

Rythmes scolaires à Rennes : une démocratie participative parodiée

 consultationrythmesscol2013_c_6625

L’application de la réforme des rythmes scolaire à Rennes devait être faite en concertation avec les différents acteurs impliqués. Madame la Maire a souhaité l’organisation d’une votation, sur un mois, à laquelle tous les parents d’élèves scolarisés dans une école publique rennaise pouvaient participer.

Bien que les quatre scénarios proposés ne comportaient pas de différences majeures (cf récapitulatif ci-dessous), nous voyions d’un bon œil cette démarche qui s’inscrivait dans la poursuite de la Fabrique citoyenne. C’est une réussite, 40% des parents ont voté, ce qui est honorable alors que la démarche était uniquement consultative.

C’est d’ailleurs là que le bât blesse. Comme nous le craignions lorsque nous avions fait l’analyse de la Charte de la démocratie locale, le caractère uniquement consultatif et non impératif des résultats des votations citoyennes comporte un risque de confiscation de la décision par l’exécutif. La votation servant alors d’artifice pour laisser croire à une démocratie plus participative alors qu’en réalité les décisions sont toujours uniquement prises par les élus de la majorité.

C’est ainsi que l’exécutif de la Ville a fait le choix d’appliquer le scénario A arrivé en seconde position (34,53%), certes de quelques voix seulement, derrière le scénario D (34,88%). Elle justifie ce choix par la proximité des résultats et après une consultation des personnels et des associations.

Pourtant, mécontents de ne pas avoir été associés à la votation, les enseignants ainsi que les assistants à la vie scolaire, par le biais de leurs syndicats, ont organisé une autre consultation en parallèle en proposant les 4 mêmes scénarios. Prés d’un tiers des concernés se sont exprimés. Le résultat est sans appel, le scénario D récolte 70,3% des suffrages quand le scénario A arrive en dernière position avec a peine 2% des votes.

Dès lors, comment Madame la Maire peut-elle arguer que les personnels sont en faveur du scénario A ?

Non seulement l’entêtement à l’application de ce scénario entraîne des rythmes non optimaux pour l’enfant ; les enseignants, EVS-AVS (emplois vie scolaire, auxiliaires de vie scolaire) et les parents étant les plus à même pour en juger ; mais en plus il discrédite complètement la Charte de la démocratie locale et désincite les citoyens à s’impliquer dans la vie publique puisque de toute façon le sentiment qui en ressort est qu’on les entend mais on les écoute pas.

ne-rien-changer-ou-reduire-la-pause-du-midi_0                      (document : Ouest-France)

Communiqué sur la votation pour l’aménagement des nouveaux rythmes scolaires

Pendant un mois, à partir du 2 février prochain, les parents d’élèves scolarisés dans des écoles publiques maternelles et élémentaires à Rennes pourront s’exprimer à propos de l’aménagement des horaires, dans le cadre de la refonte des rythmes scolaires. Ils auront le choix entre quatre scénarios.

Cependant, en réalité, les parents d’élèves s’exprimeront sur des propositions fermées et donneront leur avis sur des variations horaires de l’ordre du quart d’heure.

Nous sommes favorables au processus de consultation et de votation c’est un volet important d’une réelle démocratie participative. Les usagers ont leur mot à dire concernant l’organisation des services publics. Mais nous nous interrogeons : cette votation est destinée aux parents, de quelle manière l’avis des professionnels qui voient évoluer les enfants au sein de l’école sera-t-il pris en compte ?

Par ailleurs, cette votation est organisée à l’initiative de la Mairie. C’est un premier pas vers une démocratie plus participative, mais il faut aller plus loin. Nous regrettons que la charte rennaise de la démocratie locale, présentée le 24 janvier, ne prévoit pas un mécanisme de votation automatique, à l’initiative des citoyens eux-mêmes, à partir du moment où un certain nombre d’entre eux le demanderaient. Nous appelons donc un maximum de personnes à amender la Charte, jusqu’au 10 février, sur le site fabriquecitoyenne.rennes.fr, afin que soit inclus ce mécanisme de votation à initiative citoyenne.

Françoise RUBION et Yannick LE GARGASSON, élus du Front de Gauche de Rennes.

Tribune « Le Rennais » octobre 2014

Assises de la démocratie locale : « La Fabrique citoyenne », un moment important du mandat !

L’augmentation du taux d’abstention lors des élections sonne l’ alarme. Face à la désaffection, ou à la méfiance des citoyens vis à vis de la politique, il est urgent de proposer une nouvelle forme de démocratie. Un vrai partenariat entre élus et citoyens.

Au cumul des mandats nous opposons l’association des citoyens à la gestion des affaires de la ville, qu’ils ne laissent pas quelques élus et/ou experts s’occuper de tout. Une décision politique prise en concertation avec la population, toute la population, quelques soient les nationalités, est plus proche de l’intérêt général. Les lieux de débat doivent devenir des lieux de co-construction des politiques publiques, réunissant tous les Rennais et Rennaises.

Comment faire ?

Nous sommes favorables à ce que les Conseils de quartiers soient co-présidés par des habitants tirés au sort, aux côtés de l’élu de quartier. Mais débattre ne suffit pas, il faut un réel pouvoir d’action. Un budget d’investissement affecté à chaque quartier peut donner les moyens de décider des aménagements du cadre de vie commun.

Par ailleurs, il faut créer de nouveaux domaines d’intervention populaire. Voter une fois tous les 6 ans est insuffisant, un référendum, doit pouvoir être initié par voie de pétition réunissant un certain pourcentage de la population rennaise .

En janvier, les conclusions des assises donneront naissance à une charte, qui établira les nouveaux droits des habitants. Dès maintenant, donnez votre avis, vos idées. Réunissez-vous entre associations, entre habitants, selon vos centres d’intérêt et déposez vos contributions sur l’espace dédié sur le site « La fabrique citoyenne ».