Amendes pour affichage « sauvage » : rétrécissement de l’expression citoyenne. Intervention de Jean-Paul au Conseil Municipal du 19 mars 2018

Madame la maire, chers collègues,

Vous illustrez la thématique de « Ville propre » en prenant l’affichage dit « sauvage » en ligne de mire. Pourtant,  à se promener dans certains endroits de la ville il semblerait que ce ne soit pas la priorité en terme de propreté. Les manques d’effectifs et les difficiles conditions de travail des agents du service propreté devraient être plus prioritaires.

La délibération prévoit donc une amende de 32€ par affiche collée en dehors des panneaux d’expression libre, 11€ pour un autocollant et 30€/m² pour un marquage au sol.

S’il peut être acceptable de limiter le nombre de ces affichages sauvages, encore faudrait-il proposer des alternatives. La délibération n’en parle pas.

Pourquoi ne pas proposer la mise à disposition d’espaces d’expression libre sur le site Internet de la ville pour les groupes politiques du Conseil Municipal ? Pourquoi ne pas y proposer aussi un espace d’expression libre, y compris avec un lien « évènementiel » pour des organisations politiques et syndicales, dans le respect de la loi, quitte à instaurer un système de modération ?

Vouloir limiter les affichages aux seuls panneaux d’affichages libres laisse pantois quand on voit comment les structures marchandes les utilisent allègrement au détriment des petites structures associatives ou politiques à but non lucratif. Si ce n’est pas une méconnaissance des usages en matière de collage d’affiches, qu’est-ce que c’est. Avoir 2 cirques pendant un mois à Rennes, avec leurs capacités d’affichages, vous voyez bien le travail, ils vampirisent tous les panneaux et bien au-delà. Quelle place reste-t-il pour les expressions locales ? Quand allez-vous faire respecter la loi en sanctionnant les organisations à but lucratif qui collent sur les panneaux d’expression libre, au dépend du Code de l’Environnement ?

Nous avons parlé de médiation tout à l’heure. Ne serait-il pas possible aussi d’envisager une phase de médiation avant de réprimer?

Quelles preuves avez-vous que ce soit véritablement les organisations visées qui ont collé ? En l’absence de preuve d’identité des colleurs et leurs liens d’organisations. Il se peut que des petits malins s’amusent à coller des affiches ou auto collants pour nuire à des organisations concurrentes,  il ne faut rien écarter, car le système punitif que vous voulez mettre en place peut y faire penser.

Enfin, nous demandons également à ce que tous les quartiers soient réellement dotés de panneaux d’affichage libre, réservés aux expressions politiques, syndicales et associatives à but non lucratif. Beauregard, la Courrouze et probablement Baud-Chardonnet n’ont aucun panneau. Trouvez-vous cela normal ?

Nous considérons que des progrès sont possibles en la matière et permettraient que notre réflexion collective sorte de l’ornière répressive pour évoluer sur des perspectives nouvelles avec des outils nouveaux. Dès lors, nous nous abstiendrons sur cette délibération.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s