Des terrains et des bâtiments pour le futur RER Métropolitain, intervention de Yannick au Conseil Municipal du 29 janvier 2018

Madame la Maire, chers collègues,

L’idée d’un aménagement concerté sur les emprises foncières, bâtiments et terrains, de la SNCF qui n’ont plus d’objet ou d’affectation est effectivement un point crucial.  Le projet de convention qui nous est soumis ce soir concerne une douzaine de sites de taille variables dont deux dépassent 62 000 mètres carrés. La surface globale de toutes ces emprises est de 136 500 mètres carrés. Certaines de ses assises foncières sont compactes, d’autres comme le stade Jean Coquelin sont vastes en concentrées. Il faut noter que parmi les emprises concernées par cette convention celle relative au technicentre Pierre Martin sur 6 ,2 ha et est de forme plutôt longiligne. Dans l’immédiat sur ce point la SNCF manifeste son intention d’utiliser cette emprise pour ces activités de gestion interne.

La lisibilité d’un sujet est toujours un atout majeur. Ici c’est le cas. Ce travail précis d’inventaire permet de bien clarifier la situation et de répondre à des préoccupations urbanistiques dans notre ville.

Dans cette phase de discussions qui s’ouvre avec la SNCF il serait bon d’intégrer que les décisions que nous allons prendre peuvent aussi impacter ou compromettre les projets d’avenir sur un terme plus lointain. La liste « Changer la ville » proposait aux élections municipales de 2014 comme point central le développement d’un RER Métropolitain (TREM). La question a été évoquée en  2017 en conseil de Rennes Métropole sur la base d’une pré-étude de faisabilité. Celle-ci n’avait pas abouti à un début de décision en la matière. Les difficultés techniques et le coût envisagé ont été évoqués comme étant les obstacles majeurs. Alors que l’on discute du devenir des emprises rennaises de la SNCF, à aucun moment la perspective de la mise en œuvre du TREM n’est évoquée comme possibilité d’usage. C’est dommage car les enjeux de transports collectifs pour un territoire de la taille de notre aire urbaine (600 000 habitants) sont prégnants.

Cela pourrait être très pénalisant pour l’avenir.  La question que l’on peut légitiment se poser est bien celle de la volonté d’aboutir sur le projet de TREM. Il est certes complexe mais il faut saisir toutes les occasions pour tenter de faire avancer ce projet absolument nécessaire.

Merci de votre écoute.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s