Budget 2018 de Rennes : le calme avant la tempête. Intervention de Jean-Paul au Conseil Municipal du 29 janvier 2018

Madame la Maire, chers collègues,

Comme chaque année notre groupe ne votera pas unanimement pour ou contre les différents rapports budgétaires.

Quelques mots en guise d’introduction générale sur ce budget. S’il fallait trouver un qualificatif nous dirions que ce budget est le « calme avant la tempête ».

En effet, pour la première fois ce budget n’est pas à proprement parler un budget d’austérité comme nous l’avons connu les années précédentes. Que ce soit pour le budget de fonctionnement où les dépenses augmentent de 2,5% pour cumuler à 266,6 millions d’€ après avoir baissé de nombreuses années, ou pour le budget d’investissement qui augmente de 13% pour atteindre 92,2 millions d’€, les courbes repartent vers le haut. Ceci devrait être normal quand on a une démographie importante mais c’était devenu tellement rare qu’il est bon de le pointer.

Ne nous réjouissons cependant pas trop vite. Ce budget est l’exception qui confirme la règle puisque le Gouvernement d’E.Philippe, comme l’ont fait ses prédécesseurs socialistes, a prévu l’économie de 13 milliards d’€ pour les dotations aux collectivités d’ici la fin du quinquennat, ce qui réduira forcément les marges de manœuvres pour la Ville de Rennes. Par ailleurs, ces augmentations de budgets cette année sont loin d’être suffisantes puisqu’elles nous font revenir  à peine à hauteur du budget de 2015.

            Plus en détails maintenant. Concernant le budget de fonctionnement, voici quelques éléments.

À propos des recettes d’abord. Elles augmentent de 6 millions d’€ pour atteindre 289 millions d’€  grâce à un savant mélange de chance et de politique sérieuse. La chance rapporte 2 millions d’€ à notre ville puisque grâce à la nouvelle loi les communes récupèrent les amendes de stationnement en fixant les tarifs qu’elles souhaitent. Le dynamisme démographique permet quant à lui de récupérer 2,5 millions d’€ en impôts et taxes locales sans pour autant en augmenter les taux, ce que nous avons toujours soutenu. Enfin, comme mentionné précédemment, le Gouvernement desserre provisoirement et légèrement l’étau qui étrangle les collectivités. La fameuse DGF (Dotation Globale de Fonctionnement) augmente de 1,7 millions d’€ par rapport à l’année dernière (+3.5%) ce qui donne un peu d’oxygène même si elle ne fait revenir qu’au niveau de 2016.

Cette augmentation salutaire de recettes permet une augmentation nécessaire des dépenses. Et là, il y a à redire. Bien sûr toutes les courbes ou presque augmentent, mais chacun sait que le diable se cache dans les détails. Le premier poste de dépenses est bien sûr celui des personnels municipaux. Il augmente de 1.3 millions d’€ pour atteindre 158,2 millions d’€, c’est bien, mais quid de leurs rémunérations et avancements de carrière ? Quid des suppressions de postes prévues dans le cadre de « Services Publics 2020 » ? Les agents revendiquent de meilleures conditions matérielles de travail et de meilleures rémunérations. Quand on sait qu’un balayeur est payé au SMIC malgré la dureté de son métier et que les personnels des crèches attendent plusieurs semaines le remplacement d’un collègue accidenté ou en congé maternité, il semble vital d’accéder à leurs revendications. Augmenter le nombre de policiers municipaux est une bonne décision, mais n’oubliez pas les personnels des autres services. Le second poste de dépenses est celui des subventions qui pèse 50 millions d’€ soit un demi-million de plus que l’année dernière. Fidèle à votre ligne vous augmentez chaque année les subventions du CCAS ce que nous ne pouvons que soutenir. Les subventions aux associations augmentent également mais là plusieurs choix politiques sont largement contestables. Pourquoi débourser 105 000€ pour l’association du multimillionnaire féru d’art Bruno CARON dans le cadre d’Art Norac ? Ne peut-il pas financer ses expositions tout seul ? Voilà des choix qui ne nous conviennent pas.

Le budget d’investissement, plus modeste, mérite quelques éléments d’analyse lui-aussi.

À propos des recettes pour commencer. Comme nous l’avions déjà noté à plusieurs reprises et même s’il augmente de 19% cette année pour cumuler à 55 millions d’€, l’endettement semble maîtrisé et surtout sain, pas de titres risqués. Les autres recettes d’investissement sont résiduelles, je m’en tiendrais donc là sur ce sujet.

Plus de recettes permet plus de dépenses, ce qui non seulement permet de répondre aux besoins de la population mais en plus est pourvoyeur d’emplois. Plus 13 millions d’€ pour atteindre 80 millions cette année, en investissant dans le développement des écoles, la rénovation énergétique des bâtiments, le conservatoire du Blosne, etc : tout ceci est nécessaire. Pourtant il faudrait plus. Plus de places en crèches, vous savez que nous en manquons cruellement, ce secteur est sous tensions. Plus de rénovation énergétique pour des raisons évidentes dont je ne vous fais pas l’insulte de rappeler. Au-delà du « plus » il y a le « mieux » également. Par exemple, une meilleure répartition des cinémas semble nécessaire. Le budget prévoit 1.4 millions d’€ pour le déplacement de l’Arvor au Colombier, pour qu’il rejoigne les 3 autres dans un rayon de 700 mètres, était-ce bien utile ? La concentration de ce type d’équipement n’est pas une bonne nouvelle. Vous nous connaissez, nous ne sommes pas dans une démarche « Y’a qu’à, faut qu’on », mais nous pensons qu’il est possible d’investir plus et mieux en augmentant la part dite d’autofinancement, qui correspond au surplus de recettes de fonctionnement. Pour ce faire, des économies pourraient être réalisées si des centaines de milliers d’€ ne partaient pas dans les poches de ceux qui n’en ont pas besoin, dont j’ai déjà parlé ce soir comme depuis plus de 3 ans maintenant. De la même manière, le budget « communication » ne peut-il pas être raboté ? Il atteint près de 3 millions d’€ cette année, je comprends qu’on ne peut pas se passer de communication au public en démocratie mais quelques économies nous semblent réalisables.

            Ce budget va donc globalement dans le bon sens, mieux que les années précédentes de toute évidence. Cependant, il est loin de répondre à tous les besoins des Rennais ce qui est dommage car il suffirait de quelques choix politiques courageux.

Merci pour votre écoute.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s