Progrès et contradictions de l’arrivée de la LGV à Rennes

(photo : Ouest-France)

 

Ça y est, la Ligne à Grande Vitesse est opérationnelle ; Rennes est à 1H24 de Paris. Cette ligne est un progrès tangible en termes de mobilité. C’est une alternative sérieuse à la pollution carbonée des voitures et des bus Macron.

Pour autant, dans l’esprit du capitalisme financier qui gouverne cet investissement de 3,4 milliards est aussi effectué par la SNCF et l’État en fonction de la rentabilité attendue. Cette polarisation des efforts financiers se fait au détriment des lignes ferroviaires de proximité et dans un esprit de concurrence entre Métropoles. Il est révélateur que ce projet soit soutenu par des lobbyistes de grandes entreprises (cf Ouest-France du 28 juin), qui ont mené une grande campagne de communication à ce sujet pour vendre ce projet aux Rennais.

Et pourtant.

Localement sur la région de Rennes les conséquences de cette priorité à la LGV sont les suivantes :

D’abord son impact sur le TER, le « train du quotidien ». Le guichet de l’Hermitage ferme, plusieurs gares dont celle-ci ne verront plus le train s’y arrêter le weekend. De plus, le projet de ligne Rennes-Fougères, réclamé par de nombreux habitants, n’est pas étudié. Les horaires des TER vont être complètement chamboulés, au dépend de nombreux usagers qui verront leur temps de transport et d’attente largement augmenté.

Ensuite, son impact sur le prix des billets. Pour l’instant, une augmentation de 6€ des tarifs est annoncée. Cela ne va probablement durer à l’instar des hausses drastiques des prix suite à la mise en place d’autres LGV en France (ex : +15€ sur le Paris/Bordeaux). La mobilité est un facteur de liberté individuelle, mais elle doit être permise à tous et non pas à seulement quelques catégories sociales

Enfin, son impact sur le quartier de la Gare et sur le centre-ville. Ce projet est accompagné de la mise en place de la Zone d’Aménagement Concerté (ZAC) EuroRennes, dans le quartier de la Gare, projet que nous avions largement analysé (voir ici : https://elus-frontdegauche-rennes.com/2016/02/12/nouveau-quartier-eurorennes-de-linutilite-dun-quartier-daffaires-a-rennes/). En effet, l’objectif premier de la LGV est de permettre à des grandes entreprises parisiennes de venir s’implanter dans ce quartier puisque proche de Paris. Au-delà du fait que cette stratégie ne porte pas ses fruits et que les milliers de m² de bureaux vont avoir du mal à trouver preneurs, c’est tout un chamboulement pour les habitants du quartier. Les prix à la location et à la vente s’envolent (+21% en 10 ans à la vente par exemple), les commerces locaux vont se transformer pour satisfaire une clientèle aisée ; et les habitants historiques, eux, vont être contraints de partir. La logique de gentrification  du centre-ville que nous combattons régulièrement va être, de fait, accentuée

Gagner 40 minutes de train entre deux villes, pourquoi pas dans l’absolue, mais pas à n’importe quel prix. La facture est d’ores et déjà salée et ce sont les Rennais qui vont devoir la payer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s