Des failles importantes dans le Plan de Prévention du Risque d’Inondation, intervention de Yannick au Conseil Municipal du 22 mai 2017

Le projet de délibération porte sur la modification du T (PPRI) sur deux zones de la ville de Rennes, la ZAC Armorique dans la quartier Saint Martin et la ZAC Baud Chardonnet. Une première délibération a été adoptée sur le même sujet lors du conseil municipal du 18 Janvier 2016. Nous nous étions alors opposés à cette délibération.

Les zones impactées sont conséquentes, 8600 M2 pour la Zac Armorique, et 49 000 M2 pour la Zac Baud Chardonnet. C’est donc au total 57 600 M2 qui sont soustraits aux zones inondables de classe rouge ou de classe bleue du PPRI. Des compensations sont mises en œuvre.

Un tel projet appelle trois  axes de réflexion. Il s’agit de la sécurité sur le long termes des mesures de protection envisagées, des effets des dispositifs  de compensation destinés à faire face aux épisodes d’inondation, et de l’équilibre entre zones construites et espaces non construits à Rennes.

Les équipements destinés à rendre les zones pré-cités non inondables vont contrarier le flux du cours de la Vilaine en cas d’épisodes de crue. Cela peut avoir, du fait du ralentissement du flux de la rivière, des  effets de débordement en amont de celle-ci. Ces installations de type digue  ou d’obstacles en palplanche doivent être fiables sur le long terme et faire l’objet de surveillance et d’entretien. A défaut le risque est réel. Il ne faut pas l’oublier que les normes de protection contre  le risque  de crue centennale, ne sont pas destinées à protéger contre une crue forte tous les cent ans mais bien contre une crue majeure qui a une chance sur cent d’arriver chaque année.

Les mesures de compensation de déversement des masses d’eau lors des crues posent aussi question. Il y a un décaissement de compensation sur la Zac Armorique. Par contre pour la ZAC Baud Chardonnet cette compensation est obtenue par un déversement sur des jardins familiaux. Compte tenu de la qualité de l’eau de la Vilaine ce n’est pas une bonne chose. De plus nous l’avons vu au printemps dernier sur le bassin de la Seine, des crues majeures voire très critiques peuvent advenir au printemps.

Les impératifs de construction de logements de la Ville de Rennes sont importants, ils sont de 1500 logements entre 2018 et 2020 (PLH). Ils nécessitent effectivement de trouver des espaces. Pour autant il est nécessaire de préserver, en ville, autant que faire se peut des espaces non urbanisés.

Les espaces inondables tels que définis par le PPRI de 2007, sont des espaces d’une nature intéressante, qui peuvent être riche en biodiversité. La réflexion sur l’urbanisme permet de  réfléchir et de définir un mode d’aménagement de ces espaces. Il est, à notre sens dommage que votre choix ait été celui d’une urbanisation et non pas le choix d’aménagement de zones naturelles.

Au titre du principe de précaution et compte tenu de notre vision de la nécessité de maintenir des espaces naturels en ville nous voterons contre cette délibération.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s