Investir dans les alternatives à l’incinération plutôt qu’y engager à nouveau 83 millions d’euros. Intervention de Yannick au Conseil de Rennes Métropole du 30 mars 2017

Monsieur le Président, chers collègues,

Le contenu des travaux envisagés sur l’usine d’incinération et le montant de l’opération sont assez considérables. Les travaux concernent une restructuration massive de toutes les lignes de l’unité d’incinération de
Villejean. L’usine actuelle date de 1968.

La Métropole intègre dans ses simulations la croissance de sa population à l’horizon 2030/2035.  Nous serions sur une augmentation de 100 000 habitants pour 426 000 hab. à ce jour. Cette croissance démographique justifie à ses yeux la nécessité de ces travaux.

Le coût de l’opération s’élèverait à 83 420 000 euros hors taxe (valeur déc. 2016). Cette somme ne comprend pas une part des honoraires de maîtrise d’œuvre. De plus dans l’hypothèse où l’opération induirait un arrêt total de l’usine sur 14 mois, il faudra bien entendu intégrer l’impact financier de cet arrêt pour le traitement des déchets et pour les usagers du chauffage produit par cette entité. Une bonne évaluation, à ce stade,  du montant de l’opération, exigerait l’intégration de ces coûts induits.  IL ne faut pas non plus omettre dans l’hypothèse d’un arrêt total les effets sur l’emploi à ce moment là.

Les  sommes de ce projet appellent  l’attention et la vigilance tant par leur montant que par leurs conséquences. Pour des raisons économiques, un investissement de cette ampleur doit s’inscrire dans une durée sur le long terme. Il faut en effet l’amortir.

À cette vision de long-terme encline au « tout incinération » j’en opposerai une autre. En effet, aujourd’hui, l’état des lieux est clair. Sur les 201 000 tonnes de déchets, toutes catégories confondues, générées par Rennes Métropole, il  y a 150 000 tonnes traitées par l’incinérateur.

Pourtant ce dogme du « tout incinération » pose plusieurs problèmes même s’il a l’avantage incontestable de fournir du chauffage à 20 000 logements des quartiers Nord-Ouest de Rennes et au CHU.

D’abord, il nous est indiqué qu’à ce jour les normes de pollution sont respectées. Même en admettant qu’elles le soient, c’est en fonction des connaissances scientifiques et épidémiologiques établies à ce jour. Les dangers liés à l’émission de produits chimiques comme, par exemple, la dioxine ont déjà fait l’objet de débats avec les associations de riverains et d’alertes aux élus de Rennes. Ne l’oublions pas, pour une tonne de déchets avalée par un incinérateur, celui-ci rejettera 6 000 m3 de fumées contenant des polluants divers (dioxines, furanes et métaux lourds, particules fines et ultrafines, etc.). Les études récentes sur les nanoparticules nous montrent  bien que la maîtrise du danger potentiel ne se limite pas à la quantité de particules émises mais bien à leur nature et à leur taille. Cette dernière n’est pas toujours détectable. Cela vaut pour la situation actuelle.

Par ailleurs, pour une tonne de déchets brûlée, nous obtenons 30kgs de REFIUMS (résidus des fumées captés par les filtres) qui sont ensuite enfouis et 300kgs de mâchefers (résidus déposés au fond des fours une fois la combustion terminée) qui terminent dans la nature, notamment à la construction de routes.  Tout cela est très polluant.

Ici, pour ce projet, notre responsabilité est encore plus grande. Nous nous inscrivons dans une décision qui aura des impacts sur au moins 35 ans.  Nous sommes ici dans le champ de l’application du principe de précaution. Que nous dira la science demain ? Sommes-nous sûrs de l’innocuité de notre décision? Pour moi nous ne pouvons  pas l’être.

Vous le voyez, l’incinération est un outil comprenant d’importantes limites en termes de risques sur la santé et l’environnement. Bien sûr, il n’est pas question de fermer demain, ni l’année prochaine, l’usine de Villejean, mais simplement de bien réfléchir avant d’investir aussi massivement dans cette structure. Je pense que des alternatives mériteraient plus d’attention et d’argent public afin de permettre une sortie progressive et planifiée de l’incinération.

Premièrement, il faut en amont faire en sorte qu’il y ait moins de déchets par habitant et ce dans des proportions drastiques. Aujourd’hui la production de déchets par habitant de RM est de 478 kg par an. C’est une moyenne inférieure à la moyenne française qui est de 535 kg.  C’est un potentiel intéressant pour continuer à agir.  La Métropole est certes inscrite dans  la démarche « Zéro déchets, Zéro gaspillage » (ZDZG). L’objectif qui est repris dans les documents présentés est d’atteindre, une baisse de 10% de déchets ménagers par habitant entre 2010 et 2020. Il est clair que, pour être à la hauteur des enjeux  environnementaux cette démarche doit largement s’amplifier.

Pour ce faire, il est impérieux de multiplier les lieux d’apport, les ressourceries, et les recycleries.  Ils sont trop peu nombreux aujourd’hui et leurs moyens sont limités. Par exemple, depuis quelques années l’incinérateur brûle les encombrants, tout entier, nous sommes pourtant bien souvent techniquement capables de les réparer ou de les recycler.

De la même manière, en accentuant les opérations de formation des citoyens, sur les déchets, leurs conséquences, leur tri. Ou en créant, avec d’autres métropoles ou villes des rapports de force avec la grande distribution pour limiter au maximum le packaging exagéré.

Il a, il y aura,  d’autres solutions. Il faut les chercher ensemble avec les citoyens. C’est aussi cela vivre en Intelligence… La hauteur de ce défi, le mérite.

Enfin d’un point de vue technique sur l’usine même, il doit y avoir des de solutions d’amélioration moins irréversibles, et moins coûteuses, qui permettront d’attendre la mise  en œuvre des solutions alternatives à l’incinération massive. Il est dommage que ce type de solution technique ne soit pas évoqué dans un rapport de présentation de cette nature. A-t-il seulement été étudié ?

Alors, compte-tenu de ce qui précède, pour moi, le vote sage est un vote « non ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s