Ligne Rennes-Chateaubriant : l’Etat doit développer les lignes de train locales ! Intervention de Yannick au Conseil de Rennes Métropole du 19 janvier 2017

ligne-ter-rennes-chateaubriant-une-marche-et-une-reunion-ce-lundi

(photo : Ouest-France)

Monsieur Le Président, chers collègues,

La présente délibération concerne la rénovation de la ligne Rennes-Châteaubriant. Ce projet en tant que tel est une nécessité, les usagers se mobilisent fortement sur ce sujet car aujourd’hui ils n’ont plus la possibilité d’avoir accès à un service de qualité compte-tenu

du ralentissement et des changements d’horaires induits par la vétusté de la ligne. Il est ici plus particulièrement questions des études d’avant–projet concernant la section nord de cette ligne entre Rennes et Retiers. Ces études auront lieu dès le début de l’année 2017. Il s’agit d’un budget d’études de 900 000 € HT.

Nous sommes ici sur un point essentiel de l’aménagement du territoire, sur le confortement des liaisons potentielles entre de grandes métropoles, ici Rennes & Nantes. Il est tout à fait déplorable que l’Etat et la SNCF ou SNCF Réseau se désengagent aussi fortement de projets de cette nature. Pour les présentes études d’avant projet la participation cumulée de L’Etat et de la SNCF est de 325 000 euros HT soit 35 % de ces coûts d’études. Le reste sera financé par les collectivités territoriales dont on connait les difficultés budgétaires. Entre l’accroissement des charges de cette nature et la baisse de dotation il y a un effet ciseau infernal.

Ces dépenses ne sont de plus qu’une infime partie des dépenses auxquelles il faudra s’attendre pour une restructuration ambitieuse de l’axe Rennes Châteaubriant. L’étude relative au TREM donne une estimation des seuls travaux d’adaptation de cette ligne entre 220 à 300 millions d’euros soit 220 à 300 fois plus que pour ces seuls frais d’études. Soyons clairs, si l’État ne s’investit pas plus dans ce projet, ce sera insoutenable pour les collectivités impactées. Ce n’est pas acceptable. La structuration de l’espace national est ainsi de plus en plus renvoyée sur les collectivités territoriales (EPCI, Département Région). Ce n’est pas leur rôle.

Il nous faut une maîtrise et une cohérence nationale. Ces opérations relèvent des grands travaux de transports qui doivent être conduits par l’Etat pour améliorer la situation matérielle de nos concitoyens sur tout le territoire, et non uniquement entre les grandes villes. Le maillage est une priorité, ne tombons pas dans le piège des Gouvernements successifs à privilégier les LGV aux services de proximité. N’oublions pas que les LGV ne concernent actuellement que 2% des passagers alors qu’elles concentrent 38% des investissements ! Les autorités de régulation comme l’ARAFER interpellent d’ailleurs régulièrement la SNCF sur ses investissements beaucoup trop faibles en matière de transport de proximité.

Merci de votre écoute.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s