Extension du travail le dimanche à Rennes, nul économiquement & dangereux socialement ! Intervention de Jean-Paul au Conseil Municipal du 5 décembre 2016

dimanche(image : pcf44)

Madame la maire, chers collègues,

Cette délibération revient sur la question importante de l’ouverture des commerces les dimanches et jours fériés.

Issues de la Loi dite « Macron » de 2015, contestée par des dizaines de députés de de sénateurs, contestée par les employé-es et les organisations syndicales du commerce, les modifications apportées au code du travail ont aggravé la situation en permettant de passer l’autorisation municipale de 5 à 12 dimanches.

Nous pensons que cette délibération aurait pu nous fournir une étude des comportements clients et des résultats économiques escomptés. Il n’en ait rien. Pourtant, de source syndicale, nous pouvons faire état d’études et analyses précises. Ainsi, il est dit que

 » Le travail du dimanche et de nuit dans les commerces ne crée pas d’emplois : il déplace les dépenses du consommateur d’un lieu vers un autre, au bénéfice de celui qui déréglemente le premier. Telle enseigne ouverte le Dimanche ou la nuit va « piquer » des clients à son concurrent qui ferme… et qui respecte la loi. C’est une réelle menace pour les petits commerces locaux

C’est également ce qu’il ressort de l’étude de Xavier TIMBEAU sur le travail dominical concluant à son absence totale d’impact sur la croissance dans notre contexte, et à un impact possiblement négatif pour l’emploi. On peut aussi noter les réactions des économistes concernés par les récentes propositions du MEDEF à ce sujet : chiffrages « totalement fantaisistes » (Philippe ASKENAZY, CNRS), calcul « très trivial » et « surestimé » (Éric HEYER, OFCE), mesures « ne pouvant pas avoir un effet massif » (Gérard CORNILLEAU, OFCE), « provocations » (Stéphane SOUMIER, BFM). M. Gattaz a été publiquement mis au défi de produire une seule étude macro-économique concluant à la création nette d’emplois par la dérégulation du repos dominical : il n’a pas pu la fournir. Vous vous souvenez de la promesse des « dizaines de milliers d’emplois » annoncés par le député MALLIÉ, lors de la discussion de la loi instaurant entre autre le désordre kafkaïen des PUCE ?

C’est à l’image de ce qui s’est produit chez nos voisins allemands où la libéralisation des horaires est aujourd’hui remise en question, ou en Italie, où depuis la libéralisation des horaires du dimanche en janvier 2012, le patronat lui-même recense 32.000 fermetures d’entreprises et 90.000 emplois perdus. »

Nous tenons également à dénoncer la dégradation des conditions de vie et de travail des salarié-es de ce secteur, l’empêchement brutal de toute présence syndicale dans d’innombrables commerces et l’acharnement sur les représentantes syndicaux.

Par ailleurs, la DCM dit  » les organisations représentatives d’employeurs et de travailleurs, les acteurs du commerce conviennent que l’ensemble des commerces de détail alimentaire et non alimentaire pourra ouvrir de manière exceptionnelle… »

Il eut été correct de préciser: les organisations signataires. Parce que vous remarquerez l’absence de signature d’organisations importantes.

En l’absence d’une étude d’impact sérieuse sur le territoire qui nous concerne et l’absence d’une négociation satisfaisante avec les organisations syndicales représentatives, nous voterons contre cette délibération.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s