Protégeons le patrimoine bâti et naturel à Rennes, intervention de Jean-Paul au Conseil Municipal du 10 octobre 2016

centre-historique-rennes

Madame la maire, chers collègues,

Cette interpellation du Conseil Municipal par l’Association « Les amis du patrimoine rennais » nous permet de rappeler ce que nous avons souvent dénoncé ici, à savoir la disparition de patrimoine bâti, souvent doté d’un espace arboré ancien, au profit d’opérations, parfois spéculatives.

Certes des propriétaires privés acceptent de vendre, souvent dans un contexte de forte insistance de promoteurs avides de m2. Mais pour autant, la ville ne pourrait-elle pas utiliser son droit de préemption, de manière à veiller également au maintien de certains espaces, liés à leur intérêt architectural ou environnemental ?

Trop de propriétés dotées de surfaces plantées, disparaissent. Ces « niches » de verdure pourraient être intégrées à des projets d’initiatives publiques ou privées mais en aucun cas aboutir comme nous le déplorons trop souvent à l’arrachage des arbres et à la minéralisation des espaces.

Faut-il rappeler les épisodes du Ginkgo Bilboa boulevard Marbeuf, de l’extension du LIDL rue de Chatillon ou encore de la propriété Avenue Aristide Briand ? Faut-il inventorier tous ces espaces voués à la pelleteuse sans réflexion patrimoniale, architecturale et environnementale ?

Par exemple, récemment, à l’occasion d’une ballade piétonne, Bd Léon Bourgeois, une ancienne propriété, adossée à un petit parc avec des arbres centenaires, le tout à l’état d’abandon, a reçu un permis de construire pour un ensemble de 29 logements. Bien sûr ces logements vont servir, mais il faudrait les concilier avec la préservation de l’espace boisé.

L’interpellation de cette association doit permettre au Conseil Municipal de s’affranchir de la pression immobilière.

Autre exemple, toutes les fresques Odorico font elles l’objet d’une protection et d’une préservation ? Si oui dans quelles conditions ? Certaines ne sont-elles pas carrément sciées pour être entreposées dans une cave de l’écomusée ? La maison elle-même occupée par la famille Odorico n’est pas répertoriée, cela pose question.

L’annexe au PLU concernant le Patrimoine remarquable n’est pas suffisamment explicite sur ces différents points ?

Autre exemple, Place Bir Hakeim, y a-t-il ou pas d’un projet de démolitions ?

Pour toutes ces raisons, et en oubliant bien entendu tellement d’exemples, l’association « Les amis du patrimoine rennais » a eu raison de se mobiliser et de saisir le Conseil Municipal.

Nous soutenons leur démarche et souhaitons que le Conseil du patrimoine rennais puisse effectivement être le plus proactif possible sur les opérations immobilières.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s