« Rennes n’a jamais parlé breton », intervention de Yannick au Conseil Municipal du 23 novembre 2015

Avec le Parti Radical de Gauche, nous sommes les seuls à avoir voter défavorablement au Plan linguistique breton, voici pourquoi.

7075523-10831212.jpg

Madame la Maire, chers collègues,

Cette délibération est en ce qui concerne la volonté de déploiement de la langue bretonne à Rennes très ambitieuse. Au delà d’une politique d’augmentation du nombre de locuteurs potentiels, de 700 à 1200 élèves d’ici 2020, c’est une généralisation de la présence de cette langue qui est mise en œuvre. Je cite par exemple des messages oraux dans le métro, la création de documents administratifs bilingues, la présence des deux langues sur la signalétique urbaine. Cela nous interroge avec force. La capacité à pouvoir apprendre une langue est légitime, à en intérioriser la culture qu’elle induit aussi. Par contre sa présence systématique sur de nombreux points d’usage n’est pas acceptable. Ainsi nous imposons aux Rennais une langue qui n’y a pratiquement jamais été parlée. A la chute de l’Empire romain le breton s’est certes imposé en Bretagne mais plutôt en Basse Bretagne. Rennes a plutôt, dès le IX ième, siècle été le promoteur de la langue romane. En agissant ainsi, sur la capitale de la région de Bretagne, nous imposons une langue. Cette langue est certes une langue historique, riche d’histoire et de culture. Mais la question est –elle vraiment là. L’Europe (l’UE) pousse à la régionalisation, au développement des particularismes non pour simplement les respecter mais pour les inscrire comme champs et éléments politiques majeurs de son action. Un accroissement du morcellement des nations est en œuvre. Or, nous le savons tous, nous n’avons plus que jamais besoin d’une République forte, unie, aux pratiques internes à caractère universel. Ce projet est à nos yeux en contradiction avec cela. Rennes est une ville à vocation internationale, c’est l’une des ses force et de ses fiertés. Il serait plus légitime et opportun de nous interroger sur les moyens mis en oeuvre pour apprendre le français aux étrangers, aux migrants que nous accueillons ou que nous allons accueillir. Nous voterons donc contre cette délibération.

Merci de votre écoute.

Publicités

3 réflexions sur “« Rennes n’a jamais parlé breton », intervention de Yannick au Conseil Municipal du 23 novembre 2015

  1. Et le français n’est-il pas imposé aux bretons brittophones ou gallophones de naissance?
    Il n’y absolument aucune contradiction à apprendre le breton à ceux qui le souhaitent et à apprendre le français aux migrants par exemple. Il n’y a pas besoin de désapprendre une langue pour en apprendre une autre!
    Quand aux soit disant « pratiques internes à caractère universel » de la république française, heureusement qu’on est les seuls à croire à ce type de bêtises sinon le monde entier serait unilingue et aucun état ne respecterait ses minorités!

    • Un pays, une nation sont des projets politiques où les citoyens possèdent des références et des valeurs communes. A ce titre la langue est un outil et un bien qui doit être partagé par tous. C’est essentiel pour participer, agir, être reconnu, être écouté. Nous devons ainsi pour ceux que nous accueillons et qui ne parlent pas ou pas bien le français promouvoir cette langue. Il y a bien à l’intérieur d’un pays comme le nôtre, sur la base de nos valeurs républicaines, l’application de principes qui ont une vocation universelle. Il ne s’agit pas d’une vision destinée à dominer d’autres modèles étrangers, comme vous pouvez le craindre, mais de références opposables pour débattre, influencer, pousser à réfléchir. Ce qui nous est proposé à travers la systématisation de la langue bretonne, (le projet ne mentionne par le dialecte gallo), c’est un mécanisme de micro nation où le breton serait une référence. Gardons nous d’entrer dans ce type de schéma. N’apportons pas de divisions supplémentaires. N’apportons pas de confusion. Quelle serait le rapport de la culture et les représentations induites par la langue bretonne avec le principe de laïcité par exemple ?
      Bien entendu ,il ne s’agit en aucun cas d’empêcher la langue bretonne d’exister, de répondre à des attentes particulières, à des souhaits culturels. Il faut même favoriser cela. Mais il ne faut en aucun cas institutionnaliser cette langue, à travers une signalétique systématique, des imprimés bilingues, un financement d’écoles bilingues. Tout cela serait réducteur. Les défis qui nous attendent sont universels, internationaux, planétaires. Ils dépassent cela, de loin.
      Merci de votre réaction-contribution

  2. 88% des bretons souhaitent que la langue bretonne vive. La langue n’est pas une religion. Une langue est justement faite pour échanger dans le domaine public et n’est pas destinée à rester cantonnée au domaine prive. Cela l’amènerait à sa disparition. Il ne s’agit pas d’imposer une langue ou une autre mais de permettre à chacun d’utiliser celle qu’il souhaite, donc d’officialiser la langue bretonne à côté de la langue française.

    Oui, les défis qui nous attendent sont universels. Il faut donc penser global et agir local, en cohérence. C’est donc bien d’exprimer sa solidarité envers des minorités à travers le monde comme le fait la France vis-à-vis de la minorité francophone du Canada au Québec ou de défendre la langue française face à des langues dominantes comme l’anglais mais il serait cohérent alors d’avoir le même comportent envers son propre peuple, ce qui n’est pas le cas lorsqu’on interdit l’usage de langues régionales dans le service public.

    Vous dites qu’il faut favoriser l’existence de la langue bretonne. Que proposez-vous pour cela concrètement?

    Cordialement,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s