La question de l’Europe et des réfugiés, déclaration au Conseil Municipal du 07 septembre 2015

Le monde qui environne l’Europe est en feu. Ces conflits au sein du Moyen Orient, de l’Afrique Sub-Saharienne sont de moins en moins internes aux pays concernés. Leurs effets humains sont dévastateurs. Les populations civiles sont massacrées par leur propre Etat comme en Syrie, par des groupes terroristes comme Daech, Boko Haram, AqMI. L’Etat Turque profite du contexte pour lancer une répression accrue contre le peuple kurde.

Les causes de ces conflits sont certes multiples mais il est clair que les interventions des USA en Irak en 1991 et en 2003, de la France en Libye en 2011 ont désagrégé ces États sans poser de perspectives politiques locales. Celles-ci ne peuvent émaner que des peuples eux mêmes selon un droit légitime et imprescriptible des peuples à disposer d’eux mêmes, de leur propre destin. Il faut les aider se débarrasser de régimes dictatoriaux et corrompus. Et ne pas faire semblant de le faire à leur place. L’attitude des pays qui ont déclenché ces guerres est paradoxale. Les gouvernements comme le nôtre on entretenu des relations privilégiées, intéressées avec les régimes de ces pays. Citons, l’Égypte, la Libye, l’Algérie, le Maroc. Cette duplicité intéressée coûte aujourd’hui très cher.

Des centaines de milliers de réfugiés politiques et humanitaires demandent à l’Europe de les accueillir. Le parcours qui souvent les conduit à la mort. Ce parcours se fait au mépris total des droits humains. Là bas, dans les pays qu’ils quittent, en cours de chemin, à nos portes, l’humanité des réfugiés est niée, écrasée. L’attitude de l’Europe est, sur ce point, globalement inappropriée même si les lignes semblent depuis peu bouger. L’Europe se comporte globalement comme une forteresse. Ses gouvernants sont influencés par les idées de l’extrême droite. Celles du repli sur soi et de la fermeture au monde, à la détresse du monde. Le cas de l’attitude de l’Allemagne ne change pas fondamentalement les choses. La façon dont elle a traité le peuple grec cet été prouve que sa sollicitude est pour le moins à géométrie variable.

Cette attitude européenne est dangereuse et négative. Dangereuse car elle fait fi des peuples et de leur souffrance. Elle donne une image qui sera jugée très négativement par l’Histoire. Cette politique est dangereuse mais elle a sa cohérence. C’est celle du mépris de volonté des peuples. Celle du soutien aux régimes corrompus, et cela au détriment du bien être élémentaire, politique et social de ces peuples.

C’est un projet économique, politique et social que l’Europe et les pays qui la composent doivent promouvoir en Méditerranée, au Moyen Orient Afrique Sub-Saharienne. Cette politique sera en contradiction avec les intérêts de l’oligarchie financière qui dirige et qui n’est soucieuse que de ses intérêts immédiats.
Au delà de l’action humanitaire qui est bien sûr absolument nécessaire et qu’il faut soutenir avec force, c’est de la promotion par l’Europe d’un vrai projet politique, citoyen, anticorruption, anti –totalitaire et égalitaire que viendra la solution durable.

Nous avons parlé d’Europe, il faut aussi évoquer la situation ici à Rennes. Dix huit somaliens occupent dans des conditions précaires un endroit au Parc des Gayeulles. Ils ont subi des agressions de nazillons. Comme d’autres l’été dernier. C’est intolérable et inquiétant. Ces migrants sont sous le coup d’un recours de la Ville de Rennes au Tribunal Administratif avec pour objet de leur faire quitter les lieux. Ce recours est assorti d’une demande à leur encontre du paiement des frais d’avocat à hauteur de 1500 euros.
L’attitude de la ville de Rennes n’est pas sur le fond ni sur la forme acceptable. De plus elle nie de fait le rôle positif et réparateur des associations. Dans le contexte actuel elle donne de notre ville une image négative. Notre cohérence doit être globale.

Il faut, bien sûr, par solidarité, que les villes, les collectivités accueillent les dizaines de milliers de réfugiés qui s’adressent à l’Europe. Me la Maire de Rennes a indiqué que la ville de Rennes le fera. Nous soutenons cette position. Mais celle ci ne sera pas crédible si la ville persévère dans son action contre les migrants en situation précaire au Gayeulles.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s