Intervention de Yannick sur le financement des lieux de culte, Conseil Municipal du 11 mai 2015

url

Pour commencer nous souhaitons rappeler que les religions ont certes une visibilité importante mais il faut aussi en relativiser le poids. Une enquête récente (Le Monde du 08 mai 2015, enquête mondiale Gallup de 2012), indique que 63% des français ne s’identifient dans aucune des religions. 29 % d’entre eux se déclarent athées.

L’aide proposée par la Mairie, est motivée par la réalisation d’actions pédagogiques et culturelles sur la nature, le sens des religions. À ce titre, nous considérons que ce type d’action basé sur la connaissance des références spirituelles de l’autre, doit conduire à une plus grande tolérance. Cette politique d’ouverture et de connaissance des religions est légitime. En ce qui concerne par exemple l’islam, la lutte contre l’islamophobie est pour nous un impératif majeur au même titre que la lutte contre tous les racismes.

Par ces deux délibérations la Ville de Rennes propose d’aider financièrement deux associations en lien avec des institutions religieuses. Il s’agit du Centre Culturel Avicenne et du Centre Culturel Bouddhique. La valeur locative annuelle du centre Avicenne est de 28 530 euros et celle du centre culturel bouddhique est de 16 530 euros. Le montant qui sera facturé pour les loyers au final à ces deux associations est de 2400 euros /an pour chacune soit 8,4 % de la valeur locative pour Avicenne et 15% pour le centre culturel bouddhique. Cet écart peut surprendre. Ces institutions ne paieront que 10% des fluides.

La part relative consacrée à la seule religion, au sein de ces institutions, est elle de cet ordre ? Il est permis de douter que la part de l’activité culturelle non-religieuse de ces centres soit respectivement de 91 et 85%.

Il est donc bien question ici de financer le cultuel et non le culturel.

Par ailleurs, nous considérons que l’enseignement du fait religieux, de son histoire, de ses valeurs spirituelles ne doit pas relever d’institutions pour lesquelles cet enseignement n’est pas et ne peut être neutre.

Les élus FdG rappellent leur attachement aux principes de la laïcité et au fait, comme il est indiqué dans le texte, que «  la République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte ». Ce principe est essentiel. Les votes de notre groupe, par le passé, sont sans équivoque.

Au regard de ces arguments nous voterons contre ces deux propositions.

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s