Déclaration au Conseil Municipal du 9 mars 2015 sur les transports

Vous pouvez écouter notre déclaration en cliquant sur ce lien (de 0mn55 à 5mn40)

 

—————————————————————————————–

Madame la Maire, chers collègues,

nous souhaitions intervenir sur la question des transports. Nous sommes inquiets des orientations prises à la fois au plan national mais aussi local.

La loi Macron votée récemment à l’Assemblée favorise en son article 2 le transport en car au dépend du transport ferroviaire. Les trajets de longue distance en car sont désormais autorisés alors que le train détenait seul cette possibilité en matière de transport de personnes. C’est un recul pour plusieurs raisons. La première est qu’on opère une ségrégation sociale entre les personnes plus aisées qui pourront prendre le train quand les plus bas revenus devront se contenter du bus, moins confortable et plus lent. La seconde est écologique. Même si les émissions de gaz à effet de serre ont été réduites, le train reste largement moins énergivore que le car avec une moyenne de 13 gramme de Co2/km/personne contre 20 gramme pour un car.

Notre ville n’est malheureusement pas exempte de cette logique. Bien sûr, les décisions en terme de politique publique des transports sont prises à Rennes Métropole mais nous en sommes concernés au premier plan ; c’est pourquoi nous devrions avoir une expression forte sur ce sujet. Vous n’êtes pas sans connaître notre opposition au projet d’installation des portillons dans le métro ainsi que de cartes à puce en remplacement des billets. Les raisons en sont assez simples, nous allons totalement à rebours de l’image que nous souhaitons donner de notre ville, une ville ouverte où le sécuritaire n’a pas sa place. Il s’agit de lourds investissements pour des résultats plus qu’incertains au regard des expériences menées dans d’autres villes françaises. Il ne s’agit pas de cautionner la fraude mais de la comprendre, beaucoup de nos concitoyens ne peuvent pas se permettre de payer 1,50€ pour 10 minutes de transport. Et vous savez aussi bien que moi que la gratuité sociale a ses limites puisqu’il y a toujours la problématique de l’effet de seuil et le calcul ne prend par exemple pas en compte l’endettement des personnes. Les portillons et l’impossibilité de la repasse est synonyme d’exclusion sociale et désincite à utiliser de manière raisonnée la voiture. Les 7,5 millions d’euros prévus d’investissement seraient bien mieux utilisés pour alimenter des moments de gratuité. L’incapacité de concilier accessibilité aisée pour les personnes handicapées ou avec des poussettes et portillons montre également l’aberration de ce projet, 10 ans après la loi du 11 février 2005. Ce n’est pas un hasard si 2000 Rennais ont déjà signé une pétition allant dans ce sens.

Cependant, d’autres expériences sont sources d’espérance. Je pense d’abord au Languedoc-Roussillon qui vient d’abaisser ses tarifs au prix de 1 euro le billet, sur de nombreux trajets et pour tous ses passagers. La région travaille désormais avec le Midi-Pyrénées pour étendre ce dispositif. De la même manière, le train a été à l’honneur ce weekend dans notre département avec la mise en place, à titre d’expérimentation, d’une nouvelle ligne Dinan – Saint-Malo.

Bien entendu, chacun connaît également les exemples d’Aubagne ou de Châteauroux qui ont rendu depuis plusieurs années l’ensemble de leurs transports urbains gratuits. C’est vrai, ces villes ne doivent pas faire face à des investissements aussi lourds que la nôtre. C’est vrai, à Rennes la gratuité totale n’est pas envisageable à court-terme. Mais cela doit rester un objectif politique. C’est pourquoi nous regrettons que le seul engagement allant dans ce sens ne soit pas respectée. Il avait été promis que les bus et le métro seraient gratuits lors des pics de pollution dans notre agglomération. Cette promesse a été honorée une fois, début janvier, depuis de nouveaux pics ont été recensés mais la gratuité a elle été oubliée.

De la même manière, une ligne budgétaire a été adoptée à Rennes Métropole pour la mise en place d’une enquête de faisabilité concernant la réalisation d’un RER rennais ; il n’en est rien dans notre budget municipal. La ville serait pourtant de toute façon co-financeur d’un tel projet.

La question des modes de déplacement va être une des questions les plus cruciales dans les années à venir, c’est pourquoi nous serons toujours attentif à soutenir l’ensemble des projets qui vont vers un développement du transport public, fréquent et peu cher, et, a contrario, à sanctionner les décisions qui vont dans le sens inverse.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s