Intervention V.Faucheux à Rennes Métropole sur l’emprunt auprès de la BEI

La délibération 50 concernait l’obtention par Rennes Métropole d’un prêt de 300 millions d’euros auprès de la Banque européenne d’investissement (BEI) pour la réalisation des travaux de la seconde ligne de métro.

ATE_1012174062.jpg

Cette offre de prêt de la BEI est une bonne nouvelle pour le budget de Rennes Métropole qui va pouvoir emprunter à des taux relativement bas sans passer directement par les marchés, reportant ainsi le risque sur la BEI elle-même.

Cette bonne nouvelle doit être pour nous l’occasion de s’interroger quant au mode de financement des investissements de Rennes Métropole. En effet, notre agglomération emprunte pour une large part directement sur les marchés financiers. Si ce choix s’explique par la fin des aides de l’Etat notamment pour le financement des transports urbains, il n’en reste pas moins inquiétant et contestable d’un point de vue politique.

Inquiétant suite à la menace de l’agence Fitch de baisser la note de l’agglomération le 12 décembre, si le gouvernement n’entreprend pas des réformes vigoureuses…

C’est par ailleurs contestable dans la mesure où cette annonce d’une possible dégradation de la note de Rennes Métropole nous rappelle à la réalité. Notre agglomération a choisi de se soumettre aux variations erratiques des taux sur les marchés. Ces dernières années ont donné de nombreux exemples de l’irrationalité des marchés, notamment dans le sud de l’Europe.

Il serait illusoire de croire que la France ne sera pas victime de tels mouvements spéculatifs. Il serait encore plus illusoire de croire que Rennes Métropole n’en serait pas directement impacté, alors que Fitch explique les collectivités locales ne peuvent pas être mieux notées que l’État qui les abrite ! C’est la logique implacable défendue par ces agences, qui font la pluie et le beau temps sur les politiques publiques en érigeant l’austérité en modèle imposé.

On apprenait dans la presse la semaine dernière que « Si la Métropole et la ville de Rennes étaient dégradées , il n’y aurait pas de conséquences… dans l’immédiat ». Pas vraiment rassurante cette déclaration, car c’est justement grâce à « son AA+ » que la Métropole a pu emprunter plusieurs millions d’euros auprès de la BEI !

S’endetter auprès des marchés financiers, c’est contribuer à perpétuer un système irrationnel fondé sur la rapacité du capital faisant fi de la volonté populaire et de la démocratie. S’endetter sur les marchés financiers, c’est accepter que l’argent public alimente le système spéculatif qui met à genoux les états et leur population, comme en Grèce, au Portugal.

Enfin, c’est d’autant plus contestable qu’il s’agit d’emprunter massivement pour financer des projets de prestige, peu utile à la majorité de la population de notre agglomération et potentiellement déficitaires comme le centre des congrès.

Valérie Faucheux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s