Dispositif COORUS il faut aller plus loin !

Contexte : il s’agissait de voter en faveur d’une subvention de 40 000€ en faveur du dispositif COORUS permettant l’accueil et l’hébergement des migrants. Nous nous sommes prononcés en faveur de celle-ci mais …

Depuis 2009, la ville de Rennes, comme toutes les grandes métropoles, est confrontée a une concentration de migrants liée à la régionalisation de la demande, obligeants tous les demandeurs d’asiles arrivant en Bretagne à se présenter à la préfecture de Rennes, seule préfecture équipée des outils de contrôles (borne Eurodac).

Cette contrainte de la régionalisation a créé une saturation de l’hébergement d’urgence.

Depuis cette date, le 115 est saturé et les premiers squats sont apparus pour compenser les carences de l’Etat qui ne répondaient plus à ses obligations légales vis à vis des demandeurs d’asile.

Dès 2010 la presse dénonçait l’existence d’un « camp de réfugiés aux conditions de vie indignes » au cœur de Rennes. C’est dans ce contexte qu’est né le dispositif COORUS.

Reconduit aujourd’hui, ce dispositif novateur est aujourd’hui boudé par l’État qui n’honore plus son faible engagement financier à hauteur de 10 000 € par an permettant de loger 95 personnes !

Malheureusement ce dispositif est encore insuffisant. Chaque jour, plus de 50% des demandes au 115 sont insatisfaites.

Depuis le mois d’août, la Ville de Rennes hébergent les familles avec jeunes enfants exclues du 115.

Toutefois ces efforts louables de la municipalité rennaise conduisent à des modalités d’accueil qui restent inadaptées. Tout d’abord, elles sont géographiquement mouvantes avec des rotations tous les 3 jours à 5 jours et ne concernent que des nuitées d’hôtel. Dans la journée, les personnes continuent à errer en ville, ne peuvent pas cuisiner, les enfants sont déstabilisés par des changements de lieux incessants et les parents stressés en permanence par la précarité du dispositif.

Comme le dénonce sans cesse les associations, l’hébergement hôtelier est inadapté pour les familles et onéreux pour le contribuable.

Face aux carences de l’Etat qui bafoue le caractère inconditionnel de l’hébergement d’urgence, cette mise à l’abri des plus vulnérables ne peut être que temporaire dans de telles conditions.

Le dispositif COORUS a été créé pour faire face à cette urgence sociale et humanitaire sur notre territoire. Il doit donc être étendu aux communes désireuses de mettre de nouveaux logements à disposition, afin de loger de façon pérenne ces personnes vulnérables dans des conditions dignes.

Les élus FDG (PG et ENSEMBLE)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s