Le Front de gauche au Conseil municipal.

Drapeau

Deux mois après la mise en place du nouveau conseil municipal, il est temps pour nous, élu(e)s du Front de Gauche de repréciser les objectifs de notre mandat.

Nous avons mené campagne au sein de la liste « Changez la ville » constituée en commun avec Europe-Ecologie-Les Verts et des militant(e)s du mouvement social.

Sur la base des 15% obtenus au 1er tour, notre liste a conclu un accord de fusion avec le PS et ses alliés arrivés en tête afin de battre la droite.

Le succès remporté par la liste unique (56% des suffrages) a permis l’élection de quatre élu(e)s du Front de Gauche issus des mouvements Ensemble et du Parti de Gauche.

Nos ami(e)s d’EELV ont fait le choix d’investir des postes de responsabilité au sein de l’exécutif municipal (et de Rennes Métropole), sous direction du parti socialiste,

Pour notre part, en conformité avec les décisions de nos mouvements politiques ainsi qu’avec les attentes de nos électeurs, et compte tenu de l’analyse que nous faisons de la situation politique désastreuse et de la responsabilité écrasante du PS, nous conservons notre autonomie au sein de la municipalité, tant dans l’expression que dans les votes. C’est pourquoi nous ne détenons pas de postes d’adjoints ou de délégués.

Nous avons jugé que l’étendue des divergences avec Nathalie Appéré et son équipe ne permettait pas d’aller plus loin. L’accord signé entre les deux tours contient certes des avancées : premiers mètres cubes d’eau gratuits, conseils de quartier, création d’un lieu associatif commun, diminution des risques d’ expulsion, refus de toute décision favorisant le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes. Il va s’agir de les concrétiser. Ces mesures restent bien insuffisantes au regard de nos exigences de départ, notamment en matière de services publics ou de priorité aux budgets sociaux.

Le désaccord politique de fond avec Nathalie Appéré a trouvé une illustration éclatante à l’occasion de l’appel signé par elle et une vingtaine de députés en soutien au pacte de responsabilité de François Hollande et Manuel Valls. 50 milliards d’euros « d’économies » dont 12 milliards de dotations de moins pour les collectivités territoriales, c’est le prix que va payer la population sur l’autel de l’austérité. Ces mesures d’austérité sont aussi des cadeaux au patronat. Lequel refuse de s’engager sur une politique de création d’emplois. Sans vergogne, assurés de la complicité du gouvernement, les dirigeants du Medef (Gattaz, Kessler) s’allouent des augmentations somptuaires tout en déclarant que le smic est un luxe.

Ces choix politiques sont inacceptables. C’est le sens de la question orale avec laquelle nous avons interpellé Madame la Maire lors de la séance du conseil le 19 mai.

Dans les mois qui viennent, nous continuerons dans cette voie. Sans attendre, nous avons ainsi apporté lors de la même séance notre soutien (avec les élus Verts) aux personnels du Centre Hospitalier Guillaume Régnier mobilisés contre le plan d’austérité budgétaire de leur direction. Nous avons également défendu et fait adopter un amendement refusant des suppressions de poste d’enseignants proposées par l’inspection d’académie. C’est ainsi que nous concevons notre rôle l’élu(e)s militant(e)s.

Dominique Leseigneur

Ensemble FDG

Publicités

2 réflexions sur “Le Front de gauche au Conseil municipal.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s