Soutien au personnel du Centre Hospitalier Guillaume Régnier

Le personnel du Centre Hospitalier Guillaume Régnier est mobilisé depuis plusieurs semaines pour la défense de ses conditions de travail, contre l’austérité salariale, pour un service public de santé de qualité. Le collège médical a regretté les conséquences négatives du plan de restrictions de la direction.

Nous soutenons cette lutte légitime.  

Le budget de la Sécurité sociale, voté par le Parlement, n’a pas permis de doter les hôpitaux d’un budget suffisant. c’est 1,2 milliard d’euros en moins pour l’hôpital public au niveau national.  Cela se traduit cette année par 0% d’augmentation de la dotation pour le CHGR. L’Agence Régionale de Santé et la direction du CHGR admettent que l’établissement est sous-doté à hauteur de 9 millions d’euros.   Cet étranglement financier va détériorer la situation du pont de vue des soins et de la prévention. Il a pour corollaire des directives de diminutions de postes et de restructurations forcées. Ceci alors que les besoins de la population en Bretagne et en Ille et Vilaine sont en hausse (10 000 arrivées d’habitants par an dans notre département). L’ARS a gelé 7,4 millions d’euros de crédits pour la psychiatrie bretonne.  Le budget de l’hôpital à moyens constants ne répond pas aux besoins des habitants.

La paupérisation et la précarisation de larges parties de la population induite par les politiques d’austérité a des conséquences toujours plus importantes en matière de suicides, d’addiction à l’alcool, de dépressions… Face à cela, nous avons besoin d’une politique de santé publique offensive et ambitieuse. Développer la psychiatrie ambulatoire, rénover les équipements et les bâtiments , mettre en oeuvre de nouveaux programmes de prévention et de soins, tout cela suppose des moyens financiers et humains en conséquence. La suppression de trois centres médico-psychologiques (CMP) à Rennes dans la période récente ne va pas dans le bon sens.  Le coût social de la maladie et de la misère est de beaucoup supérieur à de mesquines économies d’échelle faites sur le dos des usagers, des patients et des personnels.

Nous rappelons qu’il y a 2 ans des patients couchaient à même le sol sur des matelas dans les locaux de l’hôpital Guillaume Régnier à Rennes! De telles situations ne doivent pas se reproduire. Les mauvaises conditions d’accueil et de travail ont par ailleurs des effets en termes d’augmentation des risques psycho-sociaux pour les personnels eux-mêmes.

Nous attirons également l’attention sur la répression anti-syndicale contre les salariés de l’hôpital de Caen, une décision récente de justice criminalise tout appel au boycott des instances et même le rassemblement de salariés devant les mêmes instances! Le combat mené par les personnels de santé est fondé et utile à toute la population, il ne doit pas être entravé par l’intimidation et la répression.

En tant qu’élu-e-s du conseil municipal, nous soutenons les revendications des personnels à savoir le retrait du plan d’austérité de la direction, et dans le cadre de véritables négociations avec  les organisations syndicales.

Intervention au nom de la liste « Changez la ville ! » au conseil municipal du 19 mai 2014.

Le personnel du Centre Hospitalier Guillaume Régnier est mobilisé depuis plusieurs semaines pour la défense de ses conditions de travail, contre l’austérité salariale, pour un service public de santé de qualité. Le collège médical a regretté les conséquences négatives du plan de restrictions de la direction.

Nous soutenons cette lutte légitime.  

Le budget de la Sécurité sociale, voté par le Parlement, n’a pas permis de doter les hôpitaux d’un budget suffisant. c’est 1,2 milliard d’euros en moins pour l’hôpital public au niveau national.  Cela se traduit cette année par 0% d’augmentation de la dotation pour le CHGR. L’Agence Régionale de Santé et la direction du CHGR admettent que l’établissement est sous-doté à hauteur de 9 millions d’euros.   Cet étranglement financier va détériorer la situation du pont de vue des soins et de la prévention. Il a pour corollaire des directives de diminutions de postes et de restructurations forcées. Ceci alors que les besoins de la population en Bretagne et en Ille et Vilaine sont en hausse (10 000 arrivées d’habitants par an dans notre département). L’ARS a gelé 7,4 millions d’euros de crédits pour la psychiatrie bretonne.  Le budget de l’hôpital à moyens constants ne répond pas aux besoins des habitants.

La paupérisation et la précarisation de larges parties de la population induite par les politiques d’austérité a des conséquences toujours plus importantes en matière de suicides, d’addiction à l’alcool, de dépressions… Face à cela, nous avons besoin d’une politique de santé publique offensive et ambitieuse. Développer la psychiatrie ambulatoire, rénover les équipements et les bâtiments , mettre en oeuvre de nouveaux programmes de prévention et de soins, tout cela suppose des moyens financiers et humains en conséquence. La suppression de trois centres médico-psychologiques (CMP) à Rennes dans la période récente ne va pas dans le bon sens.  Le coût social de la maladie et de la misère est de beaucoup supérieur à de mesquines économies d’échelle faites sur le dos des usagers, des patients et des personnels.

Nous rappelons qu’il y a 2 ans des patients couchaient à même le sol sur des matelas dans les locaux de l’hôpital Guillaume Régnier à Rennes! De telles situations ne doivent pas se reproduire. Les mauvaises conditions d’accueil et de travail ont par ailleurs des effets en termes d’augmentation des risques psycho-sociaux pour les personnels eux-mêmes.

Nous attirons également l’attention sur la répression anti-syndicale contre les salariés de l’hôpital de Caen, une décision récente de justice criminalise tout appel au boycott des instances et même le rassemblement de salariés devant les mêmes instances! Le combat mené par les personnels de santé est fondé et utile à toute la population, il ne doit pas être entravé par l’intimidation et la répression.

En tant qu’élu-e-s du conseil municipal, nous soutenons les revendications des personnels à savoir le retrait du plan d’austérité de la direction, et dans le cadre de véritables négociations avec  les organisations syndicales.

Intervention au nom de la liste « Changez la ville ! » au conseil municipal du 19 mai 2014.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s